Portraits croisés

105

Portraits croisés, 1910 – 2022, le pont Napoléon, à Lille. L’Occupation de Lille, du 12 septembre 1914 au 17 octobre 1918, a été une épreuve terrible pour les enfants des écoles. Certains ont été emportés par des épidémies ou des carences alimentaires. Les survivants n’auront jamais pu oublier cette époque barbare.

Photographié avant-Guerre dans les années 1910, ce pont Napoléon qui enjambe un bras de la Deûle canalisée n’est pas l’ouvrage des origines. Il remplace celui de Benjamin Dewarlez, construit entre 1809 et 1811 et modifié en 1850. La fine arche de pierre du premier ouvrage était déjà en ruine dès la fin des années 1830. En 1840, on opte pour un ouvrage plus robuste qui sera finalisé en 1850.


Un arc métallique ajouré va remplacer l’arche de pierre en ruines. Ce mode de construction est une spécialité des usines sidérurgiques du Nord. A l’époque, elles comptent parmi les toutes meilleures au Monde. Solide comme un roc, ce pont ne prendra aucune ride jusqu’en 1918. Ce pont servait de passerelle entre la ville et le parc de la Citadelle, lieu de promenade et de loisir, le dimanche. On y trouvait même une « guinguette ». Le pont Napoléon de Lille est le seul pont couvert piéton de France. La photo noir et blanc a été prise avant la 1914. Comme la légende de la carte postale l’indique le :


En octobre 2022, le nouveau pont ressemble beaucoup à l’ancien. L’édifice a été reconstruit en 2014. Il résulte d’une volonté municipale de la Ville de Lille. Il a couté un peu d’argent – 1,8 millions d’euros – mais quand on aime, on de compte pas. Visuellement, ce pont du XXIe siècle est très proche de celui du milieu du XIXe. C’est sans doute parce que les pierres du pont d’origine ont été remontées une à une sur la nouvelle structure, complétées par d’autres nouvelles provenant de la même carrière. En outre, les dimensions sont quasi identiques. Mais, il ne faut pas se fier aux apparences !
Ce pont du XXIe siècle est un ouvrage totalement différent ! Appuyée sur des fondations faites de colonnes de soixante centimètres de diamètre et de vingt-six mètres de long, la structure du pont est constituée d’un béton particulièrement résistant. L’impact sur le paysage du canal est du plus bel effet. Même les lentilles d’eau qui prolifèrent et qu’on pourrait considérer comme une forme de pollution ajoutent une touche colorée et poétique à l’image…

Alain Cadet