La Gazette littéraire

193

des Hauts-de-France….

L’Association des « Ecrivains des Hauts-de-France », Un nouvel acteur au service des auteurs et du livre

Partir d’une idée, bâtir un projet, lui donner vie, le faire grandir et, enfin, distribuer ses fruits au plus grand nombre. L’équation paraît limpide, mais le chemin est escarpé et il exige beaucoup d’efforts et de détermination. De la patience aussi, saupoudrée d’une pincée de diplomatie quand la tension se fait palpable, à l’apparition des premières difficultés.
L’idée, comme souvent, est née d’une rencontre entre trois personnalités affirmées, trois caractères bouillonnants qui se rejoignent dans l’amour de la littérature et de la lecture. Elisabeth Bourgois, romancière pétrie de culture et débordante d’énergie, Hervé Leroy, le poète qui dissimule sa sensibilité derrière son masque de comédien et André Soleau, un journaliste qui préfère la subtilité des mots aux approximations des petites phrases.
De ce trio a émergé une présidente et ses deux « vices » comme Elisabeth se plaît à colorer son propos. Surtout, s’est dessiné progressivement ce projet un peu fou d’association baptisée « Les Ecrivains des Hauts-de-France ».

Un rôle pédagogique
Un comité d’honneur prestigieux. « La musique est le plus court chemin d’un cœur à un autre ». Cette citation de Jean-Claude Casadesus aurait pu tout aussi bien s’adapter à la lecture tant la transmission du savoir est affaire d’émotions. D’ailleurs, le maestro, qui a consacré toute sa vie à son art, s’est essayé avec bonheur à l’écriture et ses livres ont obtenu un franc succés en librairie. C’est à ce titre qu’il a rejoint l’association au sein du comité d’honneur mis en place pour assurer le rayonnement culturel.
Il n’est pas la seule personnalité à avoir répondu favorablement aux sollicitations des membres fondateurs de l’association. Jean-Marie-Leblanc, ancien directeur du Tour de France, Jean-René Lecerf, ancien président du conseil départemental du Nord, Franck Thilliez, Annie Degroote, Dominique Lagrou-Semperé et Jacques Darras ont également embarqué pour cette aventure captivante. Tous ont en commun d’avoir signé des ouvrages de qualité.
Une qualité qui sera le maître-mot et le point de ralliement des « Ecrivains des Hauts-de-France ».

Nos écrivains sous les futaies vendéennes…

Des-cendres-sur-nos-coeurs

Lorsque les organisateurs du « Refuge du livre », dynamique salon littéraire vendéen au cœur de la forêt de Grasla, m’ont proposé d’être leur invitée d’honneur en cette fin août 2022, et d’y emmener une délégation d’écrivains des Hauts-de-France, j’ai accepté avec émotion, touchée de représenter la région qui m’a vue naître et qui m’inspire tant pour mes romans.
Le projet était original et généreux. Notre contrée la plus septentrionale de France allait venir à la rencontre de la Vendée pour la première fois. Quelle belle opportunité de promouvoir notre patrimoine littéraire auprès des lecteurs, de leur faire pénétrer un peu de notre région, souvent mal connue, et pourtant terre d’écriture et de chansons. Quel plaisir aussi de découvrir les auteurs vendéens !
L’idée était de réunir des auteurs aux univers différents, aux talents reconnus et variés, des personnalités ayant en commun un véritable amour de la région et cette belle chaleur humaine présente dans les Hauts de France. Elisabeth Bourgois, romancière et scénariste, Hervé Leroy journaliste et écrivain, Christian Defebvre historien et poète, Christine Desrousseaux romancière, André Soleau journaliste et romancier, Jean-François Zimmermann romancier spécialisé dans « l’ Historique », William Schotte, poète, musicien et compositeur, et Winoc, illustrateur, ont répondu avec enthousiasme à cette aventure littéraire.
Les membres de notre petite délégation allaient s’efforcer d’être les ambassadeurs des Hauts-de-France, chacun avec sa touche, sa personnalité, son univers personnels.

Pour ces deux jours de festivités littéraires, nous avons préparé un apéritif avec bières et spécialités des Hauts-de-France, ponctué de musiques de William Schotte, sans oublier l’incontournable Vivat flamand pour introniser Wilfrid et Yves, organisateurs du salon.
Christian Defebvre allait évoquer « le premier Carnaval », Hervé Leroy « les femmes d’exception » de notre région, Elisabeth Bourgois et Winoc, « Le roman vivant et les adaptations « et en ce qui me concerne, « Le roman dans l’Histoire du Nord ». Pour « L’estaminet du Nord, »
heure festive à laquelle tous les membres allaient participer, nous avons choisi des textes, poèmes, chants, d’auteurs qui ont marqué la région. Le but était de montrer que dans notre terre d’accueil et de mixité, ont grandi d’attachantes personnalités que l’on ne présente plus chez nous, tels Marguerite Yourcenar, Jacques Duquesne ou notre humaniste Maxence Van der Meersch. D’évoquer des personnalités atypiques, telles d’Artagnan, Gouverneur de Lille, Vidocq, ou l’abbé Lemire qui fut aussi un admirable écrivain. De lire des textes sur la région, d’auteurs venus d’ailleurs comme Verlaine, Hugo, ou Lamartine. De parler de traditions bien ancrées. D’entonner en chœur et avec le public notre hymne du Nord, le célèbre « P’tit Quinquin » d’Alexandre Desrousseaux, et d’achever par un quizz spécial « Hauts-de-France ». Une magnifique rencontre entre amoureux de l’écriture, et deux régions amies.

Annie Degroote
• Dernier roman :
« Des Cendres sur nos cœurs » Presses de la Cit.


Connaissez-vous la région des Hauts-de-France ?

Le quizz proposé aux lecteurs de Vendée (un petit jeu pour les lecteurs)
Réponses en bas du quizz

  1. Où est enterré Mariette, le grand égyptologue de Boulogne sur mer ?
    Au Panthéon, au Père Lachaise ou devant la statue de Ramsès II ?

  2. « Le plus bel hôtel du monde », prisé du monde entier, a existé dans les Hauts de France : « The Most Beautiful Hotel in the World » selon les Anglais ! Où était-il situé ?
    Boulogne, Le Touquet, Lille ?

  3. Jean Bart fut :
    Un corsaire Dunkerquois, un homme politique, ou un chanteur du Nord ?

  4. Des associations littéraires furent créées dans les villages de Flandre, d’Artois dès le 14e siècle et ont perduré jusqu’au 20e siècle, comment s’appelaient-elles :
    Chambres de Rhétorique, Cercles des bons mots, ou Corporations des belles lettres ?

  5. Le premier parc d’attraction au monde fut créé à Hesdin au quinzième siècle, par les ducs de Bourgogne. Il s’appelait ?
    Parc des Secrets, Parc de Joyeuseté, Parc du Bon Plaisir ?

  6. Quelle confiserie nordiste est née d’une erreur de fabrication ?
    Les Carambars, Les Bêtises de Cambrai, ou la cassonade ?

  7. Qu’appelle t-on « la petite Suisse du Nord » ?
    Les monts des Flandres, les caps Blanc-nez et Gris nez sur la côte d’Opale, ou l’Avesnois ?

  8. Quel peintre de renom est né à Valenciennes ?
    Bruegel, Watteau, ou Rubens ?

  9. Un des fondateurs de New York fut natif d’Avesnes-sur-helpe dans le Nord. Qui était-il ?
    Jessé de Forest, Peter Stuyvesant, ou Pierre Minuit ?

  10. C’est un Nordiste, Ogier de Bousbecque, près de Lille, qui apporta de Turquie une plante très rare, fin 16e siècle :
    Est-ce la rose, la tulipe, la pensée ?
    (et il l’offrit à son ami nordiste aussi, Charles de L’Escluse, qui l’emmena en Hollande)



.

.

.

.

Réponses au quizz :

  • Devant la statue de Ramsès II
  • Le Touquet
  • Un corsaire Dunkerquois
  • Chambres de Rhétorique
  • Parc de Joyeuseté
  • Bêtises de Cambrai
  • L’Avesnois
  • Watteau
  • Jessé de Forest
  • La tulipe