Il était une fois le Stade Virnot-Jules Lemaire, premier stade du LOSC

77

Le Stade Virnot-Jules Lemaire, le terrain historique du Sporting-Club Fivois (l’une des composantes
du LOSC) avait une particularité : il était situé sur le territoire de la commune de Mons-en-Barœul.

Pourtant, c’est sur ce terrain que s’est écrite l’une des plus belles pages de l’histoire du club lillois.
Aujourd’hui, il a totalement disparu.

Fives est l’un plus ancien club de football de l’Hexagone. Il a été fondé en 1901, précédant d’un an son rival de l’Olympique lillois. La plupart des publications situent l’acte de naissance du stade Virnot-Jules Lemaire, la même année. Il est peu probable que cela soit exact. l’Éclair Fivois – le premier nom de l’équipe – joue quelque temps sur un petit terrain rudimentaire de la commune. La jeune équipe suscite un engouement populaire. Le stade est bientôt trop petit pour accueillir tout le monde. Mais la municipalité se fait tirer l’oreille pour investir dans un nouvel équipement.


Finalement, la solution viendra d’un riche mécène, Albert Virnot, résidant dans la commune voisine de Mons-en-Barœul. Il est négociant dans le domaine du café et du coton et possède des entrepôts importants au Havre et à Lille… mais aussi quelques terres agricoles. Il fait don de l’un de ses terrains au club de Fives et d’une partie de la somme pour construire les premiers équipements. Il y a juste un petit souci, c’est que ce nouveau stade se trouve sur le territoire de la commune de Mons-en-Barœul. Mais ce n’est pas très grave, il est bien plus proche de Fives et d’Hellemmes que du centre de Mons. On ne connaît pas très bien les motivations du mécène, plus connu pour fréquenter les champs de courses que pour pousser un ballon de football. En tout cas, en remerciement du geste, le nouveau stade de l’Éclair sera baptisé « Stade Virnot », du nom de son généreux donateur.
C’est sur ce stade que vont être écrites les plus belles pages de l’Éclair Fivois, puis, à partir de 1918, du Sporting Club Fivois, nouveau nom du club… et, beaucoup plus tard, du LOSC. Sous l’impulsion de Louis Henno, un courtier en lin, capitaine de l’équipe, puis président du club. Le Sporting va gravir tous les échelons. En 1932, le club choisit le « régime professionnel » avant tout le monde, préfigurant ce qui sera la norme quelques années plus tard. C’est également cette année-là que l’équipement sportif va connaître des modifications importantes. On va changer l’orientation de la pelouse, construire des gradins et une tribune pour accueillir un peu plus de 10 000 spectateurs. En 1937, les dirigeants du club ayant totalement oublié Albert Virnot – décédé en 1910 – rebaptisent le stade, « Jules Lemaire », du nom de l’un des leurs qui venait de disparaître.

Le SC Fivois, la saison 1937-1938. Nous ne somme plus très loin de sa fusion avec l’Olympique lillois.


En 1944, après la fusion du Sporting-Club Fivois avec L’Olympique lillois, Virnot-Jules Lemaire devient l’un des terrains du club, le futur LOSC. Alternativement, les matchs à domicile se jouent dans les anciens stades du SC Fivois et de L’Olympique lillois. Mais, le 17 février 1946, lors d’un derby Lille–Lens, une tribune de Victor- Boucquey-Henri-Jooris, le stade de l’avenue de Dunkerque, s’effondre sur les spectateurs. Le stade est condamné pour le reste de la saison. Ainsi c’est à Virnot-Jules Lemaire que va s’inscrire l’une des plus belles pages du club lillois. Cette saison 1945-1946, le LOSC va réaliser le premier doublé Coupe–Championnat de son histoire.
Mais, à partir de 1947, les matchs auront lieu dans le stade de l’avenue Dunkerque agrandi et rénové tandis que le stade de Fives servira de lieu d’entraînement. À la fin des années 1950, le LOSC vend son équipement historique à la municipalité de Mons-en-Barœul. Le stade sera démoli dans les années 1959 – 1960. À sa place, sera érigé un quartier résidentiel, le premier du programme urbain du
« Nouveau Mons ».