Julien Dubois

291

Adjoint délégué au Patrimoine – Archives – Groupe Europe Ecologie Les Verts

Bonjour M. Julien Dubois. Merci d’avoir accepté cette interview. J’avais envie de vous rencontrer car la presse locale parle souvent de vos interventions et aussi de vos traits d’humour.
Merci, mais je ne sais pas si votre remarque sur mon supposé humour se confirmera à l’écoute de vos questions et de mes réponses.

Bon, je verrai. Votre carrière politique commence bien. Première candidature, premier succès et déjà Adjoint au Maire ! Pourquoi votre nomination à la délégation du Patrimoine et des Archives ?
Je récuse le terme carrière politique. Dans le groupe écologiste lillois, on ne pratique pas le cumul des mandats ni sur les postes ni dans la durée ce qui permet l’émergence et le renouvellement de nouveaux élus. Ma désignation est le résultat d’un accord politique de notre groupe avec Martine Aubry entre les deux tours des élections municipales. A titre personnel, je suis très attaché à l’histoire de la ville ; mon arrière-grand-père vivait dans une courée à Wazemmes, mes grands-parents géraient un commerce rue Jules Guesde. La préservation et la valorisation du patrimoine local me passionnent.

Nouvellement élu, vous avez eu certainement de bonnes et mauvaises surprises. La bonne ?
La bonne est de bénéficier du concours d’une vingtaine de fonctionnaires compétents issus de la direction du Patrimoine et des Archives.

La mauvaise ?
Le patrimoine de la ville est globalement en mauvais état. On atteint un point de rupture pour la conservation des bâtiments municipaux à un moment où l’Etat réduit fortement ses dotations.

En quoi consiste le patrimoine immobilier de la Ville ?
Je citerai pour commencer, puisque la presse en parle actuellement, les église construites avant la loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Leur coût de maintenance est important.

Quelles églises, par exemple ?
L’église Saint Maurice, rue de Paris, fait l’objet d’une importante restauration. Cette année, la chute  d’un élément de la façade à nécessité sa mise en sécurité et sa réparation pour un coût de 1,2 millions d’€. L’église St Sauveur près de la Mairie de Lille ; j’ai dû en interdire récemment l’accès malgré son importante activité cultuelle suite à l’apparition de nouvelles fissures dans le plafond. Le coût de la réparation sera aussi élevé.

Les frais importants supportés par la collectivité pour le culte catholique sont-ils compatibles avec le principe de laïcité ?
La loi de 1905 a rendu les communes propriétaires des églises déjà construites et en a donné l’usage aux représentants de la religion catholique. C’est un avantage historique par rapport à d’autres religions. Ce qui m’inquiète en qualité de gestionnaire des fonds publics, c’est l’occupation épisodique de ces bâtiments. Ne chauffer que quelques heures pendant les cérémonies et laisser ensuite le froid s’installer accélère les dégradations.

En dehors des églises, quels sont les bâtiments appartenant à la Ville ?
Les remparts de la citadelle, la Vieille Bourse, l’Opéra, le Palais Rihour, le Théâtre du Nord, l’Hospice Général avenue du Peuple Belge, le Palais Rameau, les Portes de Paris, de Gand, le Beffroi, l’Hospice Comtesse, les statues….Ce patrimoine est important et varié !

Vous avez récemment rappelé les contraintes financières dans la réparation des remparts de la Citadelle.
Oui, la Ville a reçu de nombreuses critiques pour les parpaings mis pour consolider une partie des remparts. Je devais sauver les tablettes de grès historiques situées au-dessus des briques d’époque et donc consolider rapidement le dessous. Ce sauvetage provisoire dans l’attente d’une période plus faste a coûté 200.000€. Un travail de restauration en bonne et due forme est chiffré à 4 millions.

C’est ce qui se passe aussi pour l’Hospice Général avenue du Peuple Belge ?
Oui, le bâtiment est dans un état de déliquescence avancé! L’objectif est de s’assurer qu’il ne s’écroule pas complètement. On l’a sécurisé et mis hors d’eau en consolidant la toiture.

Allez-vous suivre l’exemple de l’ancien Hôpital général de Valenciennes ? Ce Monument historique de 32.000m² est rénové par la Financière Vauban pour en faire un hôtel et des logements avec un budget de 70 millions.
La vente peut être une bonne solution. L’objectif est ne pas laisser un immeuble inoccupé se dégrader. On doit trouver rapidement des solutions novatrices. La cession et l’aménagement de l’hospice Gantois à Lille a été un bon exemple. L’immeuble a été vendu avec un cahier des charges précis. Il prévoit notamment une servitude de passage au public d’accéder librement par l’entrée principal de l’hôtel et de visiter gratuitement le rez-de-chaussée et la chapelle. Le mauvais exemple, c’est l’église désacralisée Ste Marie Madeleine, propriété de la ville. Restaurée dans le cadre de Lille 2004, elle n’a plus d’usage pérenne. On doit désormais adapter notre patrimoine aux besoins contemporains et trouver des montages économiques durables en amont des projets de restauration. La municipalité a longtemps préféré construire et n’a pas suffisamment valorisé l’ancien.

Avez-vous des projets innovants ?
Oui et j’ai bon espoir qu’ils aboutissent mais nous sommes au début du mandat. Je suis optimiste car Martine Aubry, malgré les difficultés actuelles, a validé la feuille de route que je lui ai soumise pour la mise en œuvre d’une préservation dynamique du patrimoine de la Ville.

Si vous le permettez, je voudrai aborder des sujets hors de votre délégation. Les élus écologistes ont de bonnes relations avec Madame le Maire ?
Cela se passe bien parce que, tout en étant solidaires de la majorité, les élus écologistes gardent leur liberté d’expression et de proposition. Nous avons signé avec notre partenaire socialiste un contrat de gestion pour ce mandat.  Le fait d’avoir présenté une liste autonome au 1er tour et d’avoir maintenu notre score à 11% alors que celui des socialistes baissait, permet d’avoir une relation équilibrée et constructive. La majorité socialiste prend en considération nos propositions et les intègre plus facilement que celles exprimées par d’autres courants où la relation est, je dirai, plus hiérarchique.

La règle des 10% des votes pour se maintenir éventuellement au second tour des municipales a dû vous faire réfléchir avant de présenter une liste ?
C’était le risque à prendre pour assurer notre indépendance et maintenir le pluralisme au sein de la majorité. Actuellement, le parti socialiste avec seulement 34% des voix au 1er tour bénéficie de la majorité absolue. Ça pose la question de la véritable représentativité des habitants par leurs conseillers municipaux. Les règles électorales actuelles n’encouragent pas l’autocritique et ne favorisent pas les débats. C’est pourquoi les écologistes sont favorables au scrutin à la proportionnelle.

Quel est votre avis sur une fusion de Lille avec des communes proches comme l’avait suggéré M. Jean René Lecerf  élu municipal, groupe républicain, et actuel Président du Conseil départemental ?
Sur ce sujet, mon groupe n’a pas un avis unanime. à titre personnel et en tant qu’urbaniste, c’est ma formation, je suis plutôt favorable à la fusion de Lille et des communes de la première couronne ce qui donnerait plus de cohérence territoriale à nos politiques publiques et favoriserait des économies d’échelles. La mise en place de Conseils de Quartier avec une véritable délégation permettrait de garder une proximité des habitants avec les lieux de décision.

Bientôt, sera débattue au Conseil Municipal et à la MEL la question de la publicité inter communale ; quelle est la position des écologistes ?
Le règlement local de publicité (RLP) sera voté par la Mel mais chaque ville devra le valider avec des aménagements locaux. Le groupe des élus écologistes souhaite réduire l’emprise de la publicité notamment à proximité des écoles et des Monuments historiques et interdire la publicité numérique et lumineuse. De même, nous souhaitons que le marché d’affichage publicitaire de la Ville ne soit pas renouvelé. La fin de la concession avec la société Exterion aura lieu en 2017. En réalité, la publicité profite surtout aux entreprises mondialisées et à la grande distribution. Nous sommes cohérents avec notre soutien aux PME et aux commerces locaux.

Le soutien de votre groupe au commerce indépendant de proximité s’est manifesté à plusieurs occasions. Que pensez- vous de l’affaire du Bazar de Wazemmes ?
Nous avons été solidaires en 2007  du choix courageux de préempter le Bazar de Wazemmes. Nous ne sommes pas sectaires : les écologistes sont favorables à la loi de l’offre et de la demande… mais dans un cadre réglementé et nous nous opposons aux spéculateurs. Le marché des immeubles et des loyers commerciaux à Lille est devenu spéculatif à cause d’une position monopolistique construite au fil des années par quelques groupes financiers.

Avez-vous des projets pour combattre cette situation ?
Oui, conformément aux accords du contrat de gestion, nous allons proposer de nouvelles dispositions pour contrer ce phénomène.

Lesquelles, par exemple ?
Nous souhaitons notamment que Lille, comme d’autres villes, se dote de la préemption commerciale. Cette procédure réglementaire, beaucoup moins onéreuse que l’acquisition de l’immeuble, permet à la une ville de préempter les fonds de commerce dans des secteurs où la diversité de l’offre doit être préservée. Elle a aussi un effet anti-spéculatif avéré.

Etes-vous favorable à la mise en place de la taxe sur les friches commerciales comme elle existe déjà dans d’autres villes ?
Cette taxe annuelle a pour objectif de dissuader les propriétaires à laisser des locaux commerciaux vacants et a un effet sur la baisse des loyers. Elle existe déjà à Lille pour les locaux d’habitation vacants. A titre personnel, j’y suis favorable et c’est un sujet que notre groupe pourra prochainement débattre.

Souhaitez-vous répondre à une question que je ne vous ai pas posée ?
Thierry Pauchet, conseiller municipal d’opposition, a proposé de transformer la placette des Halles de Wazemmes en parking alors qu’il existe déjà des centaines de places à moins de 50 mètres sur la place du marché! C’est une politique à la petite semaine. Les études sur le stationnement à Wazemmes ont démontré qu’il n’y avait pas manque de place mais la nécessité d’optimiser les parkings existants, de favoriser la rotation des véhicules. C’est aussi l’analyse de l’union commerciale Gambetta. La placette des Halles est espace public attractif, un rare lieu de respiration pour les habitants et elle doit être préservée du stationnement.

 https://twitter.com/julienduboislil

FRD

Total 1 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?