La musique polonaise est bien vivante

335

Jestem szczesliwy (traduction : Je suis content)

Il y a tout juste cent ans les premières vagues de travailleurs Polonais arrivaient dans le bassin minier de notre région. Le Pas de Calais, à lui seul, en accueillit prés de 150 000, allant jusqu’à représenter 20% de la population de certaines communes.

Ils venaient pour travailler dans les mines, souvent au fond, exposés à tous les dangers de ce travail de forçats. Mais en famille ils entendaient bien garder leurs habitudes de vie, leurs coutumes, leurs fêtes,leur cuisine et leur musique, d’où le phénoménal succès des orchestres de bal comme Stéphane Kubiak ou François Kmiecik.

Pour quelqu’un qui a vécu à Lens, difficile de ne pas avoir entendu parler, un jour, du mythique Gaity. C’était un peu le vent de la Pologne joyeuse qui soufflait tous les samedis soir sur le dancing de la fosse 4.
On s’y retrouvait, toutes générations ou origines confondues, pour s’amuser et danser. A la maison, les enfants avaient tellement l’habitude de voir sur le tourne disque des parents tourner les 33 tours de Kubiak qu’ils n’avaient qu’une hâte, être plus grands, pour aller, eux aussi, « fréquenter au Gaity.» Kubiak est mort, le Gaity aussi, les vinyles dorment dans un tiroir de l’armoire à glace de la chambre, chassés par les CD et les MP3. Mais je suis sûr que beaucoup ne peuvent s’empêcher de verser une petite larme quand on leur parle de ces années là. Kubiak était entré de son vivant dans la légende des grands orchestres de bal Polonais. L’exemple était à suivre.

HELENIAK ou le renouveau des grands orchestres de bal Polonais.
En créant l’orchestre HELENIAK en 1994, Yannick a pris la suite des plus grands. Depuis il sillonne le nord de la France, de soirées dansantes en thé dansant dans la tradition des orchestres de bal, que Kubiak avait propulsés au sommet. Pour nos anciens, peu importait le décor, l’essentiel était de danser, la polka, la valse ou le tango, un twist de temps en temps ou un cha cha cha. Dans les années 2000, un public plus jeune, différent, nous réclamait autre chose. Il a fallu innover, apporter, du mouvement, proposer un véritable spectacle musical, complet, avec de la couleur et de nouvelles sonorités.Des musiciens de talents et de charmantes danseuses nous ont rejoints. Un nouveau répertoire, nourri du folklore polonais, mais aussi des grands tubes des années 80 et 90.