Frédéric Marchand

368

Frédéric Marchand Maire d’Hellemmes

Bonjour Mr Marchand, merci d’avoir accepté de nous rencontrer. Nous avions envie  d’interviewer le Maire d’Hellemmes, commune associée de la ville de Lille, un maire socialiste qui montre un caractère certain.
Bonjour ; je connais votre Gazette. Un périodique associatif gratuit qui dure, compliments ! Effectivement, Hellemmes n’est pas un quartier de Lille. C’est une ville moyenne de 17.600 habitants  s’étendant sur 350 hectares entre Villeneuve d’Ascq et Lille.

Cet enchevêtrement des communes dans l’agglomération lilloise a toujours été pour moi une surprise ! Pourquoi ne pas initier un regroupement comme Lyon, Marseille pour avoir une gestion plus cohérente ?
Le sujet n’est pas d’actualité mais la Métropole européenne de Lille, la MEL, remédie progressivement à la diversité des communes. Hellemmes a aussi rationnalisé ses frontières avec Villeneuve d’Ascq en adoptant comme frontière le boulevard de l’Ouest. Enfin, l’association avec la ville de Lille nous permet de mutualiser nos moyens et d’être plus efficace.

Au moment de l’association avec Lille en 1977,  la commune d’Hellemmes a été bien avantagée par le soutien financier de Lille ; est-ce toujours le cas ?
Hellemmes, c’est vrai, a été aidée au début, mais cet avantage comme c’était prévu s’est régulé avec le temps. Les taux de fiscalité sont identiques ; nous négocions avec la Mairie de Lille le montant de notre dotation de fonctionnement et notre enveloppe d’investissement. Ensuite, nos choix financiers et politiques sont libres.

Hellemmes a donc un conseil municipal indépendant de celui de Lille ?
Oui, les habitants votent deux fois le jour des élections municipales : un vote pour élire les conseillers municipaux de Lille et un vote pour les conseillers municipaux d’Hellemmes.

Vous avez aussi la particularité d’avoir des listes différentes aux deux scrutins notamment avec la liste des Gens d’Hellemmes ?
Oui, à côté des partis traditionnels, existe le mouvement « Les gens d’Hellemmes ». Ce groupe pourrait être une force de proposition. Hélas, ce n’est pas encore le cas.

Mairie d’Hellemmes

Vous avez fait preuve de caractère en accueillant 5 familles Roms juste avant les élections municipales ?
Un Maire doit prendre ses responsabilités, assumer ses valeurs et prendre sa part dans l’accueil. En revanche, je suis intransigeant sur les installations sauvages.

Hellemmes a subi fortement la crise industrielle des années 1970. Paradoxalement, les nombreuses friches peuvent-elles constituer un atout ?
C’est en partie exact. Le travail sur l’aménagement urbain à Hellemmes est très important. Susciter, contrôler avec des cahiers des charges précis la réhabilitation de grands projets immobiliers et avoir de l’espace peuvent être une chance pour rénover les quartiers. Ce sont des projets  longs et pas toujours faciles. Par exemple, le promoteur de la friche de l’ancienne friche Mossley n’a pas rempli ses obligations et nous sommes au contentieux.

Quel est l’avenir de la friche de 5 hectares de l’ancienne imprimerie H2D ?
Cette friche est une propriété privée et l’on n’est pas dans une démarche d’achat. Le sol est pollué et mon rôle, pour l’instant, est d’assurer la sécurité du site.

Où en est le projet du 21 rue Jean Bart, site d’une ancienne usine qui aurait pu être dédié au spectacle vivant ?
Le projet sur ce site qui reste dans le patrimoine communal est abandonné. Cela étant, le collectif d’artistes « Métallu A Chahuter » quitte Loos et s’installe à Hellemmes dans l’ancienne usine Nicollin.

Sauf erreur, le marché immobilier se porte bien à Hellemmes ?
Oui, la proximité de Lille, l’existence de maisons type 1930 avec jardin, la création et la rénovation de maisons individuelles, les programmes réussis de logements neufs, comme celui de La Semeuse attirent la demande.

Et puis, l’environnement est favorable ?
Nous avons la chance d’avoir de vastes espaces verts comme les parcs Mitterrand et Bocquet. Nous avons aussi conservé de beaux immeubles : la Mairie, la villa Lisbeth qui abrite le centre d’action communal, l’ancien commissariat qui va devenir un centre de rencontres citoyennes.
L’on bénéficie aussi d’un vrai centre-ville avec métro, bus, velib, des bornes électriques, un emplacement auto partage, l’espace culturel Acacia, la mairie, l’église St Denis dont le parvis est en cours de rénovation.

Cette situation favorable est-elle homogène ?
Non, deux quartiers, l’Epine et Dombrowski, doivent être plus aidés. Grâce à leur inscription depuis janvier 2015 en zone prioritaire, nous disposerons de moyens supplémentaires  pour réduire ces inégalités. La construction d’un nouveau groupe scolaire dans le quartier de l’Epine va débuter, un petit marché en plein air le mardi commence à s’implanter.

Comment se porte le commerce local ?
Il est équilibré entre grandes surfaces, village d’entreprises et commerces de proximité. Nous veillons avec nos moyens à préserver la diversité de l’offre.

Quelles sont vos relations avec l’Union commerciale ?
Elles sont excellentes ; les commerçants participent activement aux animations communales. Mon adjoint Michel Dondeyne a de nombreux contacts avec Davis Sohet, le président de l’Union. Actuellement, nous avons une réflexion commune sur l’opportunité d’une zone bleue.

La Villa Lisbeth

C’est vrai qu’Hellemmes se distingue de Lille par son stationnement gratuit, son fleurissement et ses caméras de surveillance !
Nous avons perdu notre distinction Ville Fleurie pour une question de fleurs suspendues mais nous la regagnerons.
En ce qui concerne les caméras, Hellemmes se trouve sur une ligne de métro avec deux stations. Le marché de la drogue tente donc d’y prospérer. C’est très difficile : les gains financiers sont importants et les dealers recrutent des mineurs qui ne craignent rien. J’ai dû fermer la grille d’accès direct du parc où l’on cachait la drogue. Nous avons des contacts quotidiens avec les services de police et de justice. Les caméras sont un plus et l’expérience acquise nous permettra de mieux lutter contre ce fléau.

Heureusement, il y a d’autres activités à Hellemmes ?
Hellemmes bénéficie d’une vie associative dense et variée plus de 130 associations sont recensées ! Le vélo avec le Guidon d’Or, le dernier critérium du Nord avec cette année une version féminine ; le foot avec une équipe mêlant jeunes et anciens pros, les foulées hellemmoises milieu novembre ; l’Artothèque, une association de prêt d’œuvres d’art ; je ne peux pas toutes les citer….J’oubliais dans les atouts du bien vivre : il y a la bière d’Hellemmes !

Pour terminer notre entretien, quel est votre passetemps préféré en dehors de vos mandats ?
M’évader ! par le voyage, les livres, le cinéma ; m’ouvrir sur le monde, il est tellement divers ! voyez le film Human d’ Artus-Bertrand !

Ce qui vous énerve le plus ?
L’incivilité, l’intolérance et l’individualisme grandissants ; l’information instantanée non vérifiée propagée par les médias.

Vous êtes connu pour vos bons mots, un récent ?
Je suis un adepte de Michel Audiard. En songeant à la réplique «  les cons, ça ose tout ! c’est même à ça qu’on les reconnaît ! », j’avais dit à des opposants systématiques : « les têtes de contre …. »

Ce qui vous rend le plus heureux ?
Mes enfants !

FRD

Total 1 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?