Les REBOIS UN COUP t’auras moins soif…

247

Un groupe qui monte, mais surtout qui descend…

avait envahi le Café Romain pour la plus grande joie des pin-up du quartier.

L’orgueilleux perroquet observait d’un oeil désabusé le désolant spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Son maître, patron du lieu, partageait une bière avec un grand bonhomme tout droit surgi des âges barbares.
La carpe était terrorisée par un pécheur à la ligne qui la regardait bizarrement. à cause du bruit, les pigeons du premier étage envisageaient une migration massive et immédiate. La patronne bloquait la porte pour empêcher les assoiffés de partir sans payer, et un aveugle voulait absolument offrir un verre à une poupée gonflable en épectase.

Fête rabelaisienne typiquement wazemmoise, telle que le quartier
n’en avait pas connue depuis la Ducasse de 36.

Les « Rebois Un Coup T’auras Moins Soif » membres éminents des Amis des bars en formica étaient de retour d’une tournée internationale des bistrots Lillois. Ils  avaient choisi le café Romain pour se faire tirer le portrait, raison invoquée : leur futur site internet  (www.3615reboisuncoup.con) et par la même occasion, ils étaient venus boire un bon coup pour annoncer (un jour prochain………prochain………….) leur nouvel album « C’est pas tombé dans l’oreille d’un saoul » encouragés par  l’énorme succès de leur dernière démo 4 titres «Nous avons une scie rose». Ils sont venus, ils sont tous là dès qu’ils ont entendu le bruit d’une bouteille qu’on débouche.

Guillaume le con qui rend, petit-fils du chevalier Lachepasleffe, les Forces du malt, Janis Chopine, Yves raide Hors nerfs, le Capitaine flemme en personne, Guy Marchand de vin, le Saxcadeur, Henri Krachzidsu ou encore Ah l’batteur, la pire rate de l’espèce et j’en passe….

Pour faire de bonnes photos, il faut prendre son temps, mais ça donne soif. Les clients de passage ne s’en plaignaient pas, ils buvaient à l’œil. Les égéries du quartier profitaient de l’aubaine, c’est pas tous les jours, à leur âge, qu’un homme jeune et vigoureux vous invite à javaner. Le bar tanguait, les meubles tanguaient, la carpe tournoyait sur elle-même. Derrière son bar, le patron impassible notait les tournées sur son carnet. Le jour allait se lever, la patronne s’était endormie, les premiers travailleurs de l’aube tambourinaient à la porte pour boire un café. De toute façon, les fûts étaient vides.

Le Café Romain allait retrouver le calme qui en fait son charme et la carpe allait enfin pouvoir dormir.

Total 1 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?