L’église St Pierre St Paul

156

L’église St Pierre St Paul

C’est le 15 octobre 1854 que fût posée la première pierre de l’église. Le 19 novembre 1850, les membres du Conseil paroissial demandèrent l’autorisation au Conseil Municipal, de bâtir une nouvelle église au centre de Wazemmes la population augmentant chaque jour… (On avait construit N. D de Consolation place Catinat, pour les habitants de cette partie de Wazemmes).

En février 1851, le Conseil paroissial présenta un plan conçu par l’architecte Leroy. Le devis s’élevait à 207 943 F. Un emplacement était recherché, sur l’emplacement de celle trop petite, sur le cimetière, entre les rues d’Iéna, Racine, Corneille, Sarrazins ? C’est alors que M. François Collette, ancien maire, et son épouse Me Zélina Rousselle, proposa un terrain leur appartenant. Ils firent donation à la ville de Wazemmes d’un terrain situé entre la rue du Marché et la place de la Nouvelle Aventure, 7 maisons  devaient disparaître pour faire une seule grande place (la plus belle du département). On profiterait également des bas-fonds de ce terrain sur lequel était établie autrefois une briqueterie pour installer une crypte dans toute la longueur et la largeur du bâtiment. On escomptait déjà le produit que rapporterait cette crypte destinée à recevoir les sépultures. Les concessions de ces caveaux s’élèveraient à 286 000 F, et devaient couvrir la somme totale destinée à la construction de l’église. On comptait même profiter du prochain voyage de l’Empereur dans le département pour « l’engager à venir poser la 1ère pierre et solliciter un secours de Sa Majesté toujours disposée à favoriser l’érection des édifices religieux ». Tous ces rêves étaient trop ambitieux pour qu’ils fussent réalisables. Le ministre rejeta ce projet de nécropole. Pourtant la crypte fut réalisée, et resta inutilisée jusqu’en 1976.

Mgr l’Archevêque de Cambrai procéda à la bénédiction et à la pose de la première pierre le 15 octobre 1854. Cette pierre placée au chevet du chœur, à 50 cm au-dessous du pavé de la crypte contient une plaque en cuivre portant cette inscription : « sous le règne de Napoléon III, empereur des Français, et sous le pontificat de S.S. Pie IX ; M. Besson étant Préfet du Nord ; Mgr Régnier, archevêque de Cambrai ; M. Mourmant, Maire de Wazemmes ; MM. Loyer et Caloine, adjoints, M. Gadenne, curé ; MM. Caloine et Grulois, architectes, le dimanche 15 octobre 1854, a été posée la première pierre de cette église ».

L’édifice s’éleva avec rapidité, M. Louis Demonchy, entrepreneur à Carvin, apportait dans l’exécution des travaux un soin remarquable pour que ce monument ne laissât rien à désirer. Les colonnes d’un poids de 15 000 Kg, taillées dans les carrières où elles avaient été extraites, amenées sur le chantier, et avec 2 ou 3 de ces assises on arrivait au faîte de l’édifice. En 1856, on perça la rue qui devint plus tard la rue St Pierre St Paul, on renversa le chaufour qui l’avoisinait et on construisit le clocher. Le  devis primitif prévoyait une flèche en bois, ce n’est qu’au cours des travaux qu’on adopta une flèche en pierres de St Leu. Telle était l’église en 1885 d’après Mr Chon L’édifice est conçu dans le style Romano-Byzantin pourtant l’ensemble de l’œuvre présente certains caractères d’originalité. Cet édifice est l’œuvre capitale d’un homme qui se serait fait une place distinguée entre les architectes de Lille si la maladie et la mort * ne l’avaient frappé à l’instant où il allait donner sa mesure .Caloine avait l’hardiesse de ceux qui ont confiance en eux-mêmes. L’église St Pierre St Paul porte la marque d’un talent à la fois jeune et original. Il est regrettable que cet imposant édifice religieux  n’occupe, de côté qu’une sorte d’encoignure où l’effet est généralement amoindri** La tour et la flèche qui surmontent le portail ont de l’élévation. La façade un peu étroite est loin de faire pressentir les proportions du monument à l’intérieur. Dès qu’on pénètre dans l’église, on remarque l’amplitude du vaisseau, le large développement des trois nefs, du transept et de l’abside ; c’est à la fois élégant ; vigoureux et franchement personnel. Nous signalerons l’à-propos avec lequel on a utilisé pour le Chemin de la Croix les belles verrières des fenêtres ; les sujets des autres verrières sont empruntés à l’Evangile et à l’histoire ecclésiastique***  Au nombre des œuvres d’art se trouvent dans le chœur deux grandes toiles d’Alphonse Colas**** qui représentent la vocation de St Pierre et la prédication de St Paul. L’une et l’autre peuvent être comptées parmi les meilleures œuvres d’un pinceau correct et sévère. La chaire en pierre blanche, à double rampe, est d’un curieux caractère ; on lit sur les trois pans de la cuve des mots l’évangile.

 

Les dimensions de St Pierre St Paul sont en rapport avec la population d’une paroisse où il arrive parfois que les fidèles ont de la peine à trouver place pour assister aux offices. Remarquer aussi la disposition des voûtes de la grande nef en bas desquelles sont ménagées en pénétration 150 niches où sont peintes des figures de saints, de grandeur naturelle, coloriées sur fond d’or à la manière byzantine. Le maître-autel, exécuté par la maison Buisine- Rigot, fut placé pour la fête de Pâques en 1859. L’autel de la Vierge fut consacré par Mgr Desprez, archevêque de Toulouse. L’autel de St Roch fut consacré par Mgr Dennel, évêque d’Arras. L’autel du St Sacrement est avec l’orgue le seul souvenir de l’ancienne église de la rue du Marché. Les stalles en pierre d’où se détachent en relief les statues des douze apôtres, ont été exécutées par le sculpteur Heyde. Les confessionnaux dont ont admire l’élégance et l’originalité, ont été faits en 1858 et 1895.

Le grand orgue de 33 jeux sort de la fabrique Merklin et Schultze de Paris. C’est l’ancien orgue de la vieille église. Les sacristies ont été doublées en 1857 et 1888 par Mgr Carton. La consécration de l’édifice eut lieu le jeudi 29 octobre 1857.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?