Jacques Mutez le « Patron » du marché de Wazemmes

464

Conseiller municipal dans l’équipe de Pierre Mauroy, Jacques Mutez, président des radicaux de gauche du Nord, est délégué au commerce et gère déjà les marchés de Lille. Sous le mandat de Martine Aubry, il retrouve quelques années plus tard cette mission difficile, notamment au marché de Wazemmes où les demandes d’occupation sont supérieures à la surface autorisée.

D’un caractère indépendant et pragmatique, à la fois déterminé et ouvert au compromis, les phrases de ce Conseiller promu Adjoint en 2011 sont connues : « un élu doit être dans la rue, non dans son bureau ; l’équilibre est fragile, il n’est pas facile de résoudre un problème sans en créer un autre ; un compromis vaut mieux qu’un long et coûteux contentieux ; l’intérêt général n’est pas la somme d’intérêts particuliers ; il faut un projet ambitieux pour donner un cap… » S’efforçant d’appliquer ces principes, Jacques Mutez remet progressivement de l’ordre dans le marché. Rien n’est simple : les commerçants de la place qui veulent conserver leur trottoir, la règle de l’ancienneté qui contredit l’article 15 du règlement prévoyant qu’un commerçant non sédentaire ne peut pas occuper deux fois la même place, le tirage au sort pour les « passagers » et la déception de ceux non retenus qui doivent repartir, les  « posticheurs » (les revendeurs de lots) qui veulent une bonne place, les horaires d’ouverture des Halles, les questions de sécurité et d’hygiène, bref que du plaisir !

Pour mieux partager l’espace, les règles suivantes sont appliquées progressivement : les étals sont réduits de 15 à 10 mètres, le pourcentage de commerçants non sédentaires abonnés qui sont sûrs d’avoir une place est augmenté, ils occupent actuellement 80 % du marché ; les places libérées sont attribuées par une commission en fonction de l’ancienneté et de l’assiduité des  passagers » demandeurs ; les posticheurs obtiennent le statut d’abonné et sont installés rue Jules Guesde. La remise en ordre à priori fonctionne ; fils de gendarme, petit fils de militaire, Jacques Mutez, ancien chef du service régional des transports, est aussi fils d’une commerçante droguiste et petit fils d’une grand-mère gérante d’un estaminet, il allie donc naturellement l’autorité et le relationnel. La preuve : dans le cadre du jumelage avec la ville d’Oujda, les autorités marocaines lui ont demandé sa coopération pour restructurer les marchés locaux.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?