Grégory Valentin : entre les lignes

150

Entre Solid’Art et Grégory Valentin c’est une affaire qui roule et qui va bon train. 2020 marque, en effet, la 3ème participation de l’artiste à l’événement.

Solid’Art – 18, 19 et 20 septembre 2020 – Mairie de Lille

Sur son stand, vous pourrez découvrir ses « especedelivre », des œuvres inclassables résultant d’une démarche plastique originale. Passionné par le livre, l’objet autant que le contenu, Grégory Valentin en a fait la matière première de ses tableaux. Il récupère ainsi les textes intégraux des grands classiques de la littérature, les débarrasse du superflu pour ne garder que les mots qu’il va ensuite faire danser au gré de ses inspirations et de ses émotions. Couleur, typographie, mise en forme…le plasticien s’amuse avec tous ces paramètres pour donner son interprétation plastique de l’œuvre littéraire. Une fois ce processus réalisé entièrement sur ordinateur, Grégory Valentin imprime ces œuvres réinventées sur un papier qui est également choisi avec soin pour créer un dialogue riche de sens entre fond et forme. Densité, matière, brillance sont ainsi autant de références et d’hommages à l’objet livre lui-même.

Cet ancien architecte, aujourd’hui graphiste, est un fou d’abstraction géométrique, de cette pureté et de cette radicalité de la ligne et de la composition. Ses « especedelivre » sont le moyen, pour lui de se rapprocher de ces formes abstraites. Ainsi, à première vue, ses tableaux peuvent paraître rigides et froids…mais cette impression est vite dissipée quand, en vous en approchant du tableau, vous réalisez que ces formes abstraites sont en réalité des mots formant l’intégralité d’une œuvre célèbre. En domptant ainsi les mots, Grégory Valentin crée une œuvre dans une œuvre et offre au spectateur une expérience ludique le transformant en observateur actif. Rien d’étonnant à ce que ces tableaux aient une résonnance toute particulière auprès des enfants qui sont ainsi initiés à l’abstraction et à la littérature dans une expérience dont ils sont les héros. Parmi les œuvres de l’artiste notons La Bête #2, sa relecture de La Peste, Horizons, son interprétation de Germinal ou bien encore sa vision de la Disparition de George Perec, dont Espèces d’espaces a inspiré ses « especedelivre ». A Solid’Art, vous pourrez également découvrir son interprétation d’Alice au Pays des Merveilles…une belle émotion plastique en perspective.

Et Grégory Valentin a bien d’autres projets autour du livre : installations monumentales, sculptures, affiches…les mots n’ont pas fini de danser devant nos yeux. Alors rendez-vous les 18, 19 et 20 septembre prochains pour découvrir l’œuvre de ce plasticien de talent !

Juliette courtois

http://especedelivre.com/