Quartier Vauban

362

SOUVENIRS… SOUVENIRS… SOUVENIRS…

NOTRE DAME DE CONSOLATION du QUARTIER VAUBAN.

En 1515, Jean de Hocron, Grand Bailly de Tournai, surpris dans une violente tempête en mer du nord, avait promis de construire un sanctuaire à Notre Dame, s’il sortait vivant de cette fâcheuse aventure. Rescapé, il tint parole et fit construire une chapelle au faubourg de la Barre, en bord de Deûle. On y trouvait une statue en cuivre (disparue en 1793) et une chaire en forme de bâtiment à voile.

L’évêque de Tournai accepta de consacrer l’autel à la condition qu’une messe y soit célébrée tous les jours et le « Salve Regina » chanté tous les soirs. La guerre contre les Espagnols avait laissé en Flandres de nombreuses bandes de pillards ; il devint nécessaire de  protéger la statue de Notre Dame, elle fut d’abord cachée dans l’église des Pères Minimes, rue de la Barre, puis dans la chapelle des Irlandais. Durant le dix-septième siècle, le culte de la Madone prenant  de l’ampleur, on décida d’agrandir l’église.

En 1624, lors de sa consécration elle comprenait trois nefs, et trois chapelles. Les pèlerins y affluaient et de grandes processions avaient lieu. Malheureusement elle ne résista pas aux gigantesques travaux de fortifications de Monsieur Vauban, ordre fut donné de la démolir. Le 24 janvier 1673, la statue et tout le mobilier furent transférés dans l’église Saint André, puis à l’église des Carmes et enfin à l’église de la Madeleine. En 1855, sous l’impulsion du curé de Saint- Pierre Saint-Paul et du maire de Wazemmes, Mr MOURMANT, on décida la construction d’une nouvelle église dans le quartier de la Barre. Inaugurée le 26 novembre 1856 la construction et les frais annexes coûtèrent 105 000 francs. L’architecture de style gothique était très simple, en briques avec quatre petits clochetons en pierre sur la façade.

Au dessus du portail se dressait une flèche aujourd’hui disparue.  A l’intérieur une double rangée de piliers divisaient le vaisseau en trois nefs. Chacune des nefs latérales etait  éclairée par six fenêtres terminées en ogives et ornées de vitraux. On y plaça un chemin de croix du peintre Bussy pour décorer l’intérieur. L’église fut rénovée en 1955, on y apporta plus de clarté et de sobriété mais un nouveau curieux clocher.

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?