Les couleurs du nord et leurs peintres

124

Certains voient les couleurs du temps, les peintres voient les couleurs du Nord, d’aucuns le travail des hommes et d’autres encore, comme l’auteure de cet article, le dynamisme d’un peuple et d’une région.

Venant d’autres provinces, les couleurs flamboyantes de la région vous assaillent. Le rouge des briques, le vert des prairies après la pluie, le bleu translucide du ciel, le blanc de la chaux, le brun chaleureux de notre terre, le jaune du colza, sont autant de voyelles que nous pouvons mélanger sur  notre palette de peintre à foison pour exprimer nos rêves et notre sensibilité. Nulle part en France, on ne trouve ces longues enfilades de briques rouges agrémentées de dentelles de pierres blanches. Les « rouges barres » sont aussi les barres blanches organisant l’espace et structurant le temps. Le colza émaille notre campagne sous l’oeil gris des beffrois qui veillent sur notre quiétude. Notre Nord qui a été terre de combats culturels, sociaux et guerriers vibre d’une intensité humaine qui incite les peintres et plasticiens à valoriser leur région, relatant les guerres, les kermesses et même les braderies. C’est une terre de contrastes, de couleurs, de labeurs.

Watteau a su peindre la délicate nuance de bleu du plat pays, Ensor le dynamisme et la gravité des gens du nord, Delvaux la rigueur des paysages urbains, Matisse la flamboyance des couleurs.

Le Nord m’a fait prendre conscience de la richesse des couleurs, des matériaux et du travail des hommes, de l’importance et la richesse du textile. Le nord s’est investi d’un savoir -faire et d’une ténacité dans l’effort digne de respect.
J’essaie de le traduire dans mes toiles en évoquant  les hommes et  leurs métiers dans leur destin tissé ou dans la vie des bateliers, au fil de l’eau sillonnant la campagne. Des foules d’ouvriers, de mineurs, de marins, de tisserands peuplent mes oeuvres.

Mes « stories tellings » permettent au spectateur de suivre son propre chemin en reflet avec sa propre histoire et tente de révéler ce qui n’est pas dit.

Nostalgie, mémoire des hommes et des lieux, foisonnement de couleurs et de détails et contribuent à des oeuvres complexes et denses.

Des couleurs du Nord émane une atmosphère de fête grave et joyeuse, témoin de la vitalité d’un peuple qui a toujours su combattre l’adversité pour en faire un hymne à l’espérance.

Dominique Beaune – Weyerman

do.beaune@gmail.com

www.dobeaune.blogspot.com

Total 0 Votes
0

Tell us how can we improve this post?

+ = Verify Human or Spambot ?