La Chronique de Zef

50

Et si on parlait de la chaleur de cet été. Souvenez-vous du 14 août !

Je me rappelle, j’étais à Armentières. !
39 degrés sur la grand place, j’ai été cherché une frite. Ma première erreur. Pourquoi des frites et pas une salade. La chaleur avait dissous mon discernement, je ne vois que ça. Et puis, on peut manger des frites en période de canicule.
D’abord elles refroidissent moins vite. Et le gras ça empêche l’eau de s’échapper de votre corps. Donc vous pouvez reprendre une bière.

En tout cas, je peux vous dire que j’avais pu un poil eud ’sec. J’ai tellement bu de boisson fraîche que, quand on me secoue, on entend le bruit des glaçons. Pour vous dire au bout d’une heure de queue (oui je ne suis pas le seul à avoir envie de frites en période de chaleur) je transpirais des fesses. Et ça, c’est un signe de grosse chaleur. Autant le front, c’est vingt-cinq degrés mais le cul. C’est canicule.
En période de chaleur, il y a plusieurs types de réactions. Ceux qui disent : « J’étouffe, j’ai pu d’air. C’est trop d’un coup »
Ceux qui croient que c’est le diable qui nous punit et qui se flagelle le soir chez eux dans une combinaison en latex pour se repentir en prenant un petit peu de plaisir, quand même. Ce n’est pas parce qu’on se repentit qu’on doit se faire chier.

Et puis il y a ceux qui s’enferment dans des pièces climatisées en la réglant sur dix-huit alors qu’il fait 40 dehors parce qu’ils mettent la clim sur dix-huit.
Et il y a tous les experts météo, qui étaient experts Covid en 2021. Les experts météo, donc qui frétillent du croupion tel un poisson clown qui voit une poissonne clown devant lui et qui se dit : « Je me la ferai bien en filet ». En deux mots, bien sûr, comme dans filet de hareng.
L’expert météo en cas de grosse chaleur il est appelé partout. Il devient aussi frénétique qu’un ostéopathe appelé pour une urgence vitale. C’est une fois dans sa vie. On nous annonce encore 40° dans pas longtemps. Encore cinq et l’air ça devient du Ricard !

Zef