Les Nuits d’été de l’Orchestre National de Lille présentent CARMEN de BIZET

78

Opéra-comique, version semi-scénique, dirigé et mis en espace par Alexandre Bloch.

Opéra le plus joué au monde, Carmen ne cesse de conquérir un public toujours plus large. Sans doute la thématique intemporelle de la passion amoureuse mêlée de transgression n’est-elle pas étrangère à ce succès planétaire ? La bohémienne séductrice va se jouer du beau militaire Don José, le rendre fou de jalousie et le pousser au drame.

La version semi-scénique qui sera donnée place l’orchestre symphonique au centre de la scène et lui redonne toute l’importance qu’il revêt dans cet opéra.

Georges Bizet y fait montre de génie dans ses mélodies entêtantes ainsi que dans ses orchestrations raffinées, sans cesse renouvelées au gré de la large palette d’émotions imaginée par Mérimée de la lumière radieuse et insouciante de l’été andalou à la noirceur du destin tragique de la femme fatale. L’osmose entre orchestre et chanteurs sera totale sous la direction d’Alexandre Bloch qui, après l’énorme succès des Pêcheurs de Perles en 2017, défendra avec fougue et clairvoyance le grand chef-d’œuvre de Bizet.


Interview de François Bou

Directeur général de l’Orchestre Nationale de Lille

Alexandre aime beaucoup les mises en espace, même dans les concerts symphoniques. L’interprétation de Carmen de Bizet qu’il nous présentera, est spécialement pensée et imaginée pour surprendre le public de l’ONL.

Il ne s’agit pas, bien sûr, de transformer l’auditorium en scène d’opéra, mais d’y créer l’illusion de l’espace.

Les illustrations de Grégory Pont commenteront l’action en prolongeant l’illusion, qui sera décrite et racontée par Alex Grisonet.

Ce ne sera pas une version concert pur de l’œuvre, mais tout à fait autre chose, qui déroulera le récit de façon naturelle. Tout le monde connaît Carmen, chacun de nous a au fond de sa mémoire les airs les plus connus.
Pour une œuvre qui n’a pas eu le succès attendu par l’auteur lors de sa création, c’est une belle revanche.

La version qu’en donneront Alexandre et l’équipe artistique sera une interprétation assez dynamique, comme il l’avait déjà fait à l’occasion du concert des Pêcheurs de perles ou lors du Mass de Berstein.

La lecture musicale et l’équipe de chanteurs réunie à l’occasion de ces trois concerts apporteront, à coup sûr un vent de fraîcheur sur l’œuvre.

Jihem