Jean-Louis Callens nous raconte son Secours Populaire

214

Dans le Nord, l’entraide entre travailleurs était très présente au temps des industries textiles et minières, et malgré leur déclin, cette tradition de solidarité a perduré. Ici, les gens ont du coeur et on peut en être fier !

Comment a commencé votre histoire avec le Secours Populaire ?
Cela remonte à 1973 ! Cette année-là, je me baladais dans les rues de Lille, à l’occasion de la Grande Braderie, quand j’ai aperçu des gens en train de construire une barque. Curieux, je me suis approché et j’ai découvert qu’il s’agissait de bénévoles du Secours Populaire en train de construire un bateau de vivres pour les victimes de la dictature au Chili. Cette action m’a poussé à devenir moi-même bénévole ! Au fil des ans, j’ai pris de plus en plus de responsabilités jusqu’à devenir Président de la Fédération du Nord en 1983.

Parlez-nous de la Fédération du Nord
C’est la plus importante de France. Nous avons 74 permanences d’accueil réparties dans tout le département. Nous aidons plus de 200 000 personnes grâce à plus de 3 000 bénévoles et 42 000 donateurs. Dans le Nord, l’entraide entre travailleurs était très présente au temps des industries textiles et minières et malgré leur déclin, cette tradition de solidarité a perduré. Ici, les gens ont du coeur et on peut en être fier !

Parlez-nous des personnes que vous aidez
Les personnes aidées par le Secours Populaire ont des histoires et des parcours très divers. Les accidents de la vie touchent absolument tout le monde et notre travail est d’accompagner chacun dans le respect et la dignité sur le chemin de l’autonomie et de la stabilité. Je me souviens lorsque j’ai commencé comme bénévole, lors de la distribution de l’aide alimentaire, je voyais beaucoup de gens baisser la tête. Cela m’a beaucoup touché et je me suis vraiment dit « plus jamais ça ». Alors pour que chacun retrouve sa dignité, nous invitons les bénéficiaires à devenir eux-mêmes bénévoles, à donner un peu de leur temps, un peu d’eux-mêmes car ils ont beaucoup à offrir et à partager.

La Fédération du Nord a une action qui dépasse largement les frontières du département
Tout à fait. Nous sommes vraiment à l’ère de la solidarité mondialisée. Ici dans le Nord, nous avons à coeur de mener des projets partout où les populations en ont besoin. Nous avons par exemple construit deux écoles à Cuba, des hôpitaux un peu partout dans le monde dont le dernier au Maroc, nous avons créé de solides partenariats avec la Chine et le Mozambique. Mais nous ne nous contentons pas d’une simple aide d’urgence. Nous accompagnons le développement de ces projets pour en assurer la pérennité. C’est un engagement dans le temps.

Quelques mots sur Solid’Art  ?
C’est un salon pas comme les autres qui permet d’offrir du bonheur à celles et ceux qui en sont privés. Il fait vivre la solidarité à travers l’art et est donc un prolongement logique de toutes les actions menées par le Secours Populaire en matière de culture et d’éducation populaire qui sont des droits fondamentaux. C’est un événement convivial qui, cette année encore, aura lieu le week-end de la Fête des Pères. L’occasion de passer un moment en famille, de rencontrer des artistes de talent et d’offrir des journées de vacances en achetant de belles oeuvres d’art !


Julien Lauprêtre, un homme d’engagement et de combat

Le Secours populaire français a perdu son président historique, Julien Lauprêtre, décédé le 26 avril 2019 à l’âge de 93 ans. Durant toute sa vie il a refusé l’inacceptable, la pauvreté et l’injustice. Il a consacré toute sa vie, aux autres et a fait de la solidarité son combat quotidien et du Secours populaire un grand mouvement. Ancien résistant décoré de la Légion d’honneur, il avait été élu à la tête du Secours populaire en 1955. Outre l’aide alimentaire, il avait notamment mis les enfants au coeur des actions de l’association. Pères Noël verts, Chasses aux oeufs et «Journées des oubliés des vacances» sont devenus les emblèmes du mouvement qui compte un million de membres et 80 000 bénévoles. Le combat

“Pour que demain soit plus humain

Julien Lauprêtre

contre la pauvreté et le rejet de l’autre demeure essentiel et répond à un besoin urgent. «Pour que demain soit plus humain», le Secours populaire s’attachera avec votre soutien, à poursuivre une solidarité en actes.


Les Vacances : un droit pour tous,

Solid’Art s’est donné pour mission de récolter des fonds pour la campagne «Vacances» du Secours populaire. Aujourd’hui encore, une personne sur deux et un enfant sur trois en sont privés.

Pour permettre à tous de pouvoir bénéficier de ces moments d’évasion et de découverte indispensables à l’équilibre et au bien-être, le Secours pop organise de nombreuses actions qui seront d’autant plus importantes en 2019, qu’on célèbre les 30 ans de la Déclaration internationale des droits de l’enfant qui rappelle que chaque enfant a le droit de jouer, de se reposer et d’avoir des loisirs. Colonies de vacances, séjours en familles de vacances, rencontre dans les villages « copains du monde »…les équipes du SPF mettent tout en œuvre pour permettre aux enfants de s’évader de leur quotidien.

Un enfant qui n’est pas parti avant le 15 août ne partira plus Parmi les grands moments de cette campagne « Vacances » : la Journée des Oubliés des Vacances, qui fêtera ses 40 ans cette année. Un anniversaire d’autant plus émouvant que l’initiateur de cette journée, Julien Lauprêtre, président emblématique du SPF pendant plus de 60 ans, est décédé en avril dernier.

Mais pourquoi cette journée ? Tout est parti d’un constat : un enfant qui n’est pas parti avant le 15 août ne partira plus. Alors chaque année, à la fin août, le SPF organise partout en France une journée à la mer, à la montagne ou dans un parc d’attractions pour le plus grand bonheur de milliers de participants. Les 21 et 22 août prochains, 10 000 personnes du Nord passeront ainsi deux journées inoubliables au Parc Astérix.