Hellemmes

361

à la mémoire des victimes de la Grande Guerre à Hellemmes

Du 9 au 17 novembre derniers, l’association « la Mémoire d’Hellemmes » organisait une exposition.

Celle-ci s’est tenue dans les locaux de la future médiathèque hellemmoise au 48, rue Faidherbe à Hellemmes. Cette exposition, montée dans le cadre des commémorations du centenaire de l’Armistice du 11 novembre, faisait une part importante à la mémoire des victimes de la Grande Guerre. 

Cette exposition a connu un vif succès auprès des hellemmois et notamment des scolaires. Au total près de 500 visiteurs sont passé pendant ces deux week-ends au 48 de la rue Faidherbe

Il y a eu pour Hellemmes : 257 militaires tués, 43 civils tués, du fait de guerre.
Ce qui représente environ 3% de la population de la ville à l’époque.

La première partie, de l’exposition comportait, pour chaque militaire, une fiche détaillée donnant les renseignements disponibles dans certaines sources, Service Historique de la Défense, données du recensement de la population en 1911, registres de l’Etat Civil. Cette partie sur les militaires était complétée par des données sur les victimes civiles. La plus jeune était âgée de 6 ans, la plus vieille avait 78 ans.
Lors de l’arrivée des troupes allemandes du 4 au 6 octobre 1914, des combats violents eurent lieu entre la Porte de Fives, l’Octroi et les rues
d’Hellemmes. 

Un soldat français de 17ième Régiment d’Infanterie fut tué. Il est toujours enterré au cimetière communal d’Hellemmes. Dix soldats bavarois furent également tués lors de ces combats.

Deux évènements importants sont à remarquer
au sujet des civils :

• Le bombardement de l’école Carnot, actuelle école de musique, rue Salengro-rue Marceau, par des avions anglais le 12 avril 1918.
Onze tués et une quarantaine de blessés à des degré divers furent à déplorer.

• Le 12 août 1918, un groupe de jeunes gens, requis par l’occupant pour faire des réparations de routes et de ponts à Wavrin, est pris dans le bombardement d’une caserne allemande du lieu. On relève 10 morts et 3 blessés graves hellemmois de 16 à 21 ans.

La deuxième partie, présentait à partir de documents d’époque, les conditions de vie des hellemmois restés dans la commune, réquisitions, travail forcé.

Le souvenir de deux personnalités hellemmoises était rappelé :

Oscar FANYAU, maire d’Hellemmes jusqu’en 1912, résistant à l’occupant, à son niveau. Il sera arrêté en octobre 1916, emprisonné à la Citadelle de Lille et décédera « d’une crise d’apoplexie » quelques jours après son incarcération.

Joseph HENTGES, maire d’Hellemmes pendant la Grande Guerre. Il s’oppose dans la mesure de ses possibilités, aux mesures et réquisitions de l’occupant. Ceci lui vaudra, plusieurs incarcérations et plusieurs amendes. Finalement il sera révoqué de son mandat de maire.