Lille pleure parfois la couleur

Au Le pont qui relie le Splendid au quartier du Petit Maroc a la tristesse du goût perdu qu’on retrouve au détour d’autres rues, l’abandon de cette gaité qu’on envie à d’autres villes et qui ne se caresse peut-être qu’ailleurs, finalement. Ses barreaux gris vérolés qui s’alignent péniblement dans un garde-à-vous approximatif témoignent de l’emprisonnement … Lire la suite de Lille pleure parfois la couleur